Partagez | .
 

 sevej (WAB)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

C'est payant : that's what she said

ϟ MESSAGES : 1061
ϟ PSEUDO : gtk (mathie)
ϟ CREDITS : miserunt
ϟ MULTICOMPTE : aucun
✰ ✰

MessageSujet: sevej (WAB)   Dim 12 Juin - 19:44

L'air est aussi humide qu'la bouche assaillie par Seven. Il fait trop chaud, trop lourd – il étouffe. Pourtant ça l'empêche pas d'garder les lèvres collées à celles de c'type, quitte à manquer d'oxygène, quitte à se sentir bouillir comme un volcan prêt à exploser. Y a leurs langues qui s'battent en duel et leurs peaux qui sont en ébullition ; les mains qui partent en exploration sans même demander la permission. L'étranger les a glissées sous le t-shirt de Seven, tandis qu'les siennes se sont paumées quelque part sur le cul de l'autre, occupées à agripper, serrer et dominer d'une simple pression. Il prend l'temps d'apprécier la langueur de l'instant et pourtant, il peut pas empêcher son esprit d'vagabonder, s'tourner dans tous les sens pour l'assiéger d'un million de questions. Qu'est-c'qu'il fout là, au juste ? En quel honneur il s'laisse tripoter par un snob de touriste dans une ruelle adjacente à l'hotêl où ce loser crèche ? C'est du gâchis ; il devrait exiger d'rentrer et monter dans sa chambre. Quitte à s'taper un con de vacancier, autant profiter d'son fric et passer la nuit dans une piaule plus grande que son propre appart', avec le room service et tout le bordel. P't'être même qu'il aurait pu voler deux-trois trucs en repartant d'là. Mais non. Les v'là à se chauffer dans une pauvre ruelle, Seven tenant l'inconnu plaqué contre le mur, à peine éclairés par un vieux lampadaire et la lueur d'la lune. Ils sont beaux tiens, on dirait des ados en chaleur qui s'pelotent dans un coin du bahut, excités par le risque de s'faire prendre par un pion. C'est tellement ridicule que Seven a les sourcils qui s'froncent et les muscles qui se crispent – non, sérieux, qu'est-c'qu'il fout là ? C'est quoi ces conneries ? C'est vraiment trop chiant d'se laisser guider par c'qu'on a dans le calbut, putain. Des fois il a envie de l'insulter son deuxième cerveau, d'lui gueuler qu'il devrait apprendre à rester tranquille au lieu de le foutre continuellement dans la merde. Au sens figuré, hein.

Son partenaire a sûrement senti sa crispation, puisque leurs lèvres se séparent, laissant Seven orphelin avec la bouche ouverte. Oui, il a l'air d'un débile profond. Mais ça semble pas déranger le gars, qui n'tarde pas à venir se caler dans le cou de Seven pour y laisser une traînée de baisers, avant d'remonter à son oreille. « Détends-toi, » qu'il susurre, comme si ça pouvait marcher. L'problème, c'est que Sev a le cerveau incapable de la fermer, même dans des moments comme ça. Faut juste apprendre à faire avec, ou l'empoisonner avec l'alcool et la drogue – mais même ça, c'pas suffisant. « Ta gueule. » Et il attrape le visage du type pour venir l'embrasser à nouveau, histoire de l'aider à se taire pour de bon. Ses phalanges filent jusqu'au jean de l'autre, venant défaire le bouton et ouvrir la braguette, parce que c'est bien mignon d'se rouler des pelles, mais maintenant va falloir passer la seconde. Sauf qu'y a un éclair qui traverse soudainement la rue, alors qu'la nuit est dégagée et qu'aucun orage n'est dans les parages. Alors Seven tourne la tête, à la recherche de l'éclat de lumière. Et c'est là qu'il le voit. Le portable, brandi dans les airs, Sev et l'étranger dans sa ligne de mire. À l'autre bout de l'appareil, un gringalet qui s'coiffe avec une tondeuse à gazon. « Merde. » Ouais. Et pas qu'un peu. Parce que c'est l'autre connard de JJ et qu'il les a pris en photo ou filmés ou peu importe, mais il a des images de Seven qui fricote avec un mec. C'est la fin du monde. La putain d'apocalypse en live sous les yeux horrifiés du Popescu – pire encore que 2012 et le film pourri qui va avec, plus catastrophique que tous les tsunamis réunis et encore plus flippant que Susan Boyle en bikini. L'univers s'écroule à ses pieds. Il est foutu.

Faut croire que ses nerfs réagissent plus tôt que son cerveau – encore bloqué par la vision de cette chère Susan en p'tite tenue – et c'est tant mieux. Il lâche brutalement l'inconnu, qui proteste sans qu'personne ne l'écoute, alors que JJ commence déjà à s'faire la malle. Seven part à ses trousses, guidé par son instinct de survie. S'il le rattrape pas, il a plus qu'à s'exiler loin d'ici, partir en Roumanie et finir aussi cinglé qu'ses vieux ou aller s'construire un igloo en Alaska. Mais JJ a pas l'air bien sobre, parce qu'il a beau courir vite, il va pas droit. Et Seven le voit éviter un poteau de justesse ; tellement que ça ralentit sa course pour en faire une proie facile. L'dealer se rue sur JJ, l'empoignant par le col de son t-shirt à deux mains pour venir le plaquer violemment contre une caisse garée à côté d'eux. « File-moi ton putain d'téléphone. » C'est drôle, on dirait qu'il le rackette. Mais il veut pas lui voler ses affaires. Il veut juste récupérer l'portable, l'écraser en sautant dessus à pieds joints, puis potentiellement pisser dessus. Juste pour être sûr que la puce soit pas récupérable, m'voyez. « Bouge ou j't'offre un aller simple chez l'prothésiste dentaire. » Ce serait vraiment dommage. Il a un joli sourire JJ – même s'il provoque des pulsions meurtrières chez les gens – alors faudrait pas qu'il se retrouve avec un dentier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://filantarpg.forumactif.org
 

sevej (WAB)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Votre 1ère catégorie :: Votre 1er forum-



NASH CALDWELL
© miserunt
profilmp
SEVEN POPESCU
© miserunt
profilmp
RHOAN STORM
© miserunt
profilmp
FELIX HART
© miserunt
profilmp

OTTO HARD
© miserunt
profilmp
PEADAR BRANNIGAN
© miserunt
profilmp

ANCA POPESCU
© miserunt
profilmp
DAIRE MEALOID
© miserunt
profilmp
TRIXIA MOORE
© miserunt
profilmp
WOLFGANG RIVIERA
© miserunt
profilmp